Les investisseurs et les parties prenantes exigent une plus grande transparence et une plus grande responsabilité des sociétés de fonds privés. La crise économique mondiale et l’élection présidentielle aux Etats-Unis en 2012 ont fait naître un débat public autour des impacts sociaux et économiques de l’industrie de fonds privés, particulièrement en matière de création d’emplois. En parallèle, les commanditaires et autres investisseurs demandent plus d’informations sur les risques financiers et extra-financiers.

BSR considère que les sociétés de fonds privés doivent répondre à ces exigences en établissant leurs rapports environnementaux, sociaux et de gouvernance sur la base d’une approche solide et proactive. Elles doivent être plus transparentes en ce qui concerne la manière dont elles contribuent au bien-être social et économique.

Le rapport BSR, qui décrit les pratiques d’établissement de rapports publics des 20 plus grandes entreprises américaines et européennes, conclut que l’établissement de rapports environnementaux, sociaux et de gouvernance destinés aux investisseurs et au grand public est un phénomène encore émergeant. BSR fournit des recommandations destinées aux gestionnaires de fonds concernant l’établissement de rapports relatifs à l’environnement, aux questions sociales et de gouvernance dans le secteur privé. Elles portent notamment sur l’utilisation des évaluations de focalisation stratégique (materiality assessment), afin d’intégrer les problématiques les plus saillantes dans les rapports, en révélant les objectifs de gestion des questions environnementales, sociales et de gouvernance, les résultats et performances. L’objectif est d’élaborer des approches personnalisées de l’établissement de rapports destinés aux commanditaires. Le rapport est disponible en anglais.

Télécharger le rapport