Poussées par des parties prenantes de plus en plus nombreuses et actives et un contexte réglementaire étoffé, les entreprises ont commencé à prendre en compte leurs impacts sur les droits de l’Homme. C’est d’autant plus vrai lorsqu’elles opèrent dans un environnement complexe, à l’international par exemple, où la question des droits de l’Homme peut créer un risque opérationnel, légal, ou de réputation important.

Les efforts mis en œuvre dans le domaine des droits de l’Homme représentent également des opportunités importantes en matière de dialogue et de collaboration avec les différentes parties prenantes qui peuvent s’avérer bénéfiques pour alimenter au plus juste les décisions stratégiques de l’entreprise, gérer les risques de manière proactive, et créer de la valeur partagée.

Bien que l’engagement des parties prenantes soit souvent au cœur des stratégies RSE des entreprises, l’engagement dans le domaine des droits de l’Homme pose des défis particuliers liés notamment à la nature des sujets abordés ou aux types de parties prenantes.

Ce petit déjeuner a donné l’occasion de s’intéresser aux questions suivantes :

  • Comment identifier, prioriser et répondre aux attentes de ses parties prenantes de manière stratégique ?
  • Comment collaborer avec son écosystème et travailler à instaurer un dialogue avec les parties prenantes qui crée de la valeur partagée ?
  • Quels sont les pratiques et les retours d’expérience à connaître, les pièges à éviter ?
  • Comment intégrer les attentes des parties prenantes en matière de droits de l’Homme dans les décisions stratégiques de l’entreprise ?

Télécharger le rapport