BSR logo

Dans les médias

Entretien avec Emilie Prattico : « Les entreprises pourraient jouer un rôle de catalyseur dans la lutte contre le réchauffement climatique »

Energies Africaines | avril 2016

Diffusion avec l'aimable autorisation d'Energies Africaines. Extrait du magazine Energies Africaines No. 7, pp. 24-28. 

Propos recueillis par Gwladys Johnson.

Energies Africaines : La COP21 a-t-elle changé quelque chose dans votre organisation ?

Emilie Prattico : Après la COP, des choses ont changé à notre niveau, étant donné l’appétit de nos membres pour l’action climatique. Un appétit qui est justifié par un risque réglementaire, mais aussi par une tendance générale qui va vers une conscience beaucoup plus approfondie et une action beaucoup plus ambitieuse en faveur du climat. Donc, depuis la COP, nous accompagnons beaucoup plus les entreprises sur les actions climatiques. Il y a un regain d’activités sur ces questions d’efficacité énergétique, d’émission des gaz à effet de serre et bien sûr d’adaptation aux effets du changement climatique dans les communautés où les entreprises opèrent. Pour nous, cela s’est traduit par un positionnement beaucoup plus pragmatique et concret d’accompagnement pour mettre en oeuvre les engagements que les entreprises ont fait en amont de la COP. Il y a aussi ce rôle de « traducteur » du discours politique. L’accord de Paris est un texte légal, politique qui n’est pas toujours digestible directement par les entreprises et il faut aussi le leur traduire. BSR travaille actuellement sur une traduction, une « interprétation » de l’accord de Paris à destination des entreprises.

EA : Quel rôle pensez-vous que les entreprises peuvent jouer dans l'atteinte des objectifs fixés lors de cette conférence ?

EP : Un rôle crucial. Si l’on considère les engagements faits par les pays durant la COP21, ces fameux INDC (Intended Nationally Determined Contributions), on se rend compte que pour atteindre ces objectifs, les pays doivent faire appel aux entreprises. Un pays ne peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre, sans compter sur la coopération des entreprises. Les entreprises ont donc un rôle un rôle pragmatique de participation à l’atteinte des objectifs nationaux, et donc les objectifs globaux de la COP21. Mais encore plus important, grâce aux entreprises, on peut éventuellement imaginer, espérer ou anticiper une ambition encore plus grande. Grâce aux innovations technologiques et financières, on peut imaginer que plus de moyens seront déployés en faveur de la réduction de la hausse de la température globale, qu’encore plus d’investissements pourront être possibles grâce à de nouveaux services et produits financiers. Donc, il y a un rôle de catalyseur qui pourrait être joué par les entreprises qui mèneraient la barque sur les actions contre le changement climatique.

 

L'intégralité de l'entretien est disponible en téléchargeant gratuitement le magazine ici.


Back to the News List Energies Africaines  

Contact Presse

Europe, Moyen-orient, et Afrique

Cécile Gerondeau
Associate, Communications
+33 7 63 99 32 51
media@bsr.org


Amérique du nord et du sud et Asie

Elisabeth Best
Manager, Communications
+1 415 984 3215
media@bsr.org