BSR logo

Dans les médias

Le climat et les droits de l’homme sont les 2 priorités des responsables RSE des grandes entreprises

AEF DÉVELOPPEMENT DURABLE | juillet 2017

Par Claire Avignon. Diffusion avec l'aimable autorisation d'AEF Développement Durable.

 

BSR et Globescan ont publié le 25 juillet 2017 la 9e édition de leur étude annuelle sur l’état des questions de développement durable dans les grandes entreprises. Malgré - ou à cause - de l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, les responsables de ces questions au sein des entreprises désignent le changement climatique comme leur priorité numéro un, à égalité avec les droits de l’homme. Le sujet du climat n’avait jamais atteint ce niveau d’importance.

Les entreprises joueront le "rôle principal" s’agissant des questions de développement durable à l’avenir, jugent à 85 % les professionnels de la RSE dans l’étude de l’association d’entreprises BSR et Globescan publiée le 25 juillet intitulée "State of sustainable business survey", loin devant les gouvernements (57 %), les ONG (44 %), les organisations multilatérales (35 %) et les collectivités locales (22 %).

Gestion plus que prospective

Les sondés ajoutent qu’à l’horizon 2025, ils voient leur entreprise se concentrer davantage sur la gestion de la durabilité (relation avec les parties prenantes, confidentialité des données…) plutôt que sur la prospective (création d’opportunités de revenus axées sur la durabilité, scénarios sur les tendances ayant un impact sur la durabilité et les entreprises…).

Interrogés sur l’évolution du "pacte social", 49 % jugent que leur entreprise est peu ou pas du tout concernée à ce stade, mais 80 % estiment qu’elle le deviendra dans la décennie à venir. Ce pacte social sera notamment mis à mal par la perte de confiance dans le secteur privé, la réduction des effectifs, la délocalisation, la montée en puissance des technologies, etc.

Climat

Interrogés sur l’impact de l’élection de Donald Trump, opposé à la lutte contre le changement climatique et qui a annoncé le retrait des États-Unis de l’accord de Paris le 1er juin (soit à la fin de la période de consultation des entreprises mais ce retrait était devenu probable plusieurs semaines avant l’annonce officielle), les professionnels interrogés ont fait montre d’un "consensus écrasant" sur le fait que les entreprises continueraient à agir : ils sont 65 % à affirmer que ce départ n’aura "aucune conséquence" sur les engagements de leur entreprise, tandis que 3 % assurent qu’il aura pour effet de les renforcer significativement et 9 % qu’il aura pour effet de les renforcer légèrement. 11 % indiquent qu’il aura pour effet de les affaiblir légèrement, 5 % de les affaiblir significativement. En isolant les résultats des responsables américains, ils sont 58 % à considérer que le désengagement de Donald Trump n’aura pas d’impact sur leurs engagements. Si 17 % pensent qu’ils vont même renforcer leurs engagements, ils sont aussi 19 % à anticiper un affaiblissement.

Le climat devient pour la première fois depuis 2010 le sujet le plus important pour les responsables de développement durable avec les droits de l’homme, devant les droits des travailleurs et l'eau.

Méthodologie

L’étude a été menée du 20 avril au 6 juin 2017, auprès des adhérents de BSR. Au total, 272 professionnels des questions de durabilité travaillant pour 151 entreprises différentes ont répondu au questionnaire. Ils sont issus à 26 % du secteur des produits de grande consommation et de la distribution, à 14 % des TIC, à 10 % de l’énergie et du secteur extractif, à 10 % des services financiers, à 8 % de la santé… 52 % des répondants sont nord-américains, 29 % européens, et 19 % viennent d’autres régions.

 


Back to the News List AEF DÉVELOPPEMENT DURABLE  

Contact Presse

Europe, Moyen-orient, et Afrique

Cécile Gerondeau
Associate, Communications
+33 7 63 99 32 51
media@bsr.org


Amérique du nord et du sud et Asie

Elisabeth Best
Manager, Communications
+1 415 984 3215
media@bsr.org