BSR logo

Dans les médias

"Cette année, à Davos, le sentiment d'urgence sur le climat s'est ressenti fortement" (Aron Cramer, BSR)

AEF Développement Durable | janvier 2015

Par Sabrina Dourlens

Diffusion avec l'aimable autorisation d'AEF Développement Durable.

Le forum économique mondial de Davos, du 21 au 24 janvier 2015, a mis un accent fort sur le climat. Aron Cramer, le PDG de BSR, réseau qui rassemble 250 multinationales et mène des activités de conseil et des études dans le domaine de la RSE, se trouve actuellement à Davos où il a présidé plusieurs discussions. Il relate auprès d’AEF développement durable, vendredi 23 janvier 2015, l’atmosphère du forum et évoque la mobilisation des entreprises sur le climat et la COP 21 qui se tiendra à Paris en décembre 2015.

AEF : Le climat était-il au centre des discussions à Davos ?

Aron Cramer : Il y a plusieurs versions de la conférence de Davos et différents sous-thèmes traités : certains viennent pour conclure des affaires, d’autres pour parler de géopolitique… Cette année, il était visible à l’agenda que l’attention était portée sur le climat et la croissance économique, et comment les deux sont inter-connectés. Les sociétés résilientes sont plus susceptibles d’agir pour le climat.

Cela fait onze ans que je viens à Davos et il est clair que cette année le sentiment d’urgence sur le climat s’est ressenti fortement. L’expérience de l’échec de Copenhague est prégnant, que ce soit du côté du gouvernement français, de l’ONU… Même s’il y a toujours des gouvernements et entreprises "neutres" ou qui ne mettent pas le climat dans leurs priorités.

AEF : Davos était-elle une conférence importante en vue de Paris 2015 ?

Aron Cramer : Il y aura de nombreux événements sur la route de Paris 2015, et Davos est une étape clé car des nombreux dirigeants d’entreprises viennent y recueillir les tendances de l’année.

Il y a aussi plusieurs sortes d’événements à Davos. Il y a des sessions publiques lors desquelles s’expriment des personnages clés comme Al Gore ou Paul Polman, le PDG d’Unilever, mais qui n’apportent pas grand-chose de nouveau car ce sont des discours souvent entendus. Et puis, il y a les "side events" organisés par de plus petits groupes où les représentants de gouvernements, d’ONG, et d’entreprises ont fait part de leurs progrès, ont apporté leur soutien à la lutte contre le changement climatique et ont poussé pour un accord fort à Paris en 2015. C’est là que Davos a le meilleur à offrir.

AEF : Y a-t-il eu des engagements annoncés par des entreprises ?

Aron Cramer : Il n’y a pas eu de nouveaux engagements mais plutôt l’extension de ceux pris en septembre au sommet pour le climat de l’ONU. La Banque mondiale a renouvelé son appel à un prix du carbone, soutenu par plus de 1 000 entreprises, devant les 700 participants. De nombreuses entreprises l’appliquent déjà de manière interne, certains pays également ont déjà des systèmes de tarification du carbone. Il est temps de penser à quelque chose d’universel. Des engagements sur la lutte contre la déforestation ou encore l’objectif des 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2020 ont été réitérés (lire sur AEF). Ce n’est pas nouveau mais cela permet de mieux communiquer et de partir sur une bonne dynamique.

AEF : Sentez-vous les entreprises mobilisées pour la COP 21 ?

Aron Cramer : De nombreuses entreprises sont mobilisées. BSR fait d’ailleurs partie de la coalition "We mean business", regroupant des entreprises et investisseurs convaincus par la nécessité d'une transition vers une société bas-carbone.

On pense toujours que les COP sont faites uniquement pour les gouvernements mais les entreprises peuvent y jouer un rôle important. En montrant leur capacité à se décarboner, elles donnent le bon exemple pour créer une dynamique et montrent aux gouvernements qu’ils peuvent avoir le courage de mettre en œuvre des politiques et des mesures incitatives. Ils ont besoin de voir les entreprises en action car ce sont elles qui peuvent changer la donne par l’innovation, et réduire leur empreinte et celle de leurs consommateurs.

© Copyright AEF Développement durable - 2008/2014
Toute reproduction ou rediffusion en dehors du site internet de BSR est strictement interdite sans l’accord formel d’AEF Développement durable.


Back to the News List AEF Développement Durable  

Contact Presse

Europe, Moyen-orient, et Afrique

Cécile Gerondeau
Associate, Communications
+33 7 63 99 32 51
media@bsr.org


Amérique du nord et du sud et Asie

Elisabeth Best
Manager, Communications
+1 415 984 3215
media@bsr.org