Lorsque nous avons choisi le thème de la conférence BSR de cette année­­, « Be Bold », je ne suis pas sûre que nous réalisions à quel point il était pertinent. Cependant, quand je consulte les résultats de notre huitième enquête « The State of Sustainable Business in 2016 », faisant état de l’opinion des dirigeants et cadres ayant en charge le développement durable et la responsabilité sociale de leur entreprise (RSE), il apparaît clairement nécessaire pour les entreprises de s’engager de nouveau envers des objectifs ambitieux et la mise en place d’actions audacieuses.

Le domaine du développement durable en entreprise a considérablement évolué durant les vingt dernières années. Les entreprises leaders des différentes industries cherchent désormais à intégrer des enjeux cruciaux, tels que le changement climatique, les droits de l’Homme et le développement durable, au cœur de leur stratégie économique. Néanmoins, les résultats de l’enquête de cette année soulignent un fait dont beaucoup d’entre nous sommes conscients, mais que nous avons du mal à admettre : Malgré de formidables progrès, nous avons peut-être atteint un palier. Les accords mondiaux sur le changement climatique et le développement durable passés en 2015 fixent de nouveaux objectifs à l’échelle mondiale et il est temps pour les entreprises d’être encore plus ambitieuses en matière d’engagements, d’actions, de collaborations et de leadership.

L’enquête annuelle de BSR en collaboration avec GlobeScan « The State of Sustainable Business », publiée aujourd’hui, se fonde sur les réponses de près de 300 décideurs issus de 152 entreprises à travers le monde, représentant plus de 60 % du réseau mondial de membres BSR. L’un des résultats les plus enthousiasmants est la position du développement durable dans les thématiques de l’entreprise. Il fait partie des cinq priorités des PDG pour près de la moitié (49 %) des entreprises interrogées. Cela représente une augmentation de 35 % par rapport à l’année 2015.

D’autre part, pour la huitième année consécutive, les participants considèrent les droits de l’Homme, les droits des travailleurs et le changement climatique comme les trois priorités en matière de développement durable au sein de leur entreprise pour les années à venir. L’enquête de cette année démontre également que le nombre de participants jugeant le changement climatique, les droits de l’Homme et la consommation durable comme importants, a considérablement augmenté par rapport à l’an passé.

Cependant, de bien des manières, cette meilleure hiérarchisation des priorités et cette plus grande attention sur ces sujets ne se sont pas traduits par un progrès significatif. De nombreuses réponses demeurent les mêmes que celles données en 2015. Le pourcentage d’entreprises n’ayant toujours pas mené d’actions majeures, telles que la mise en place de politiques en matière de droits de l’Homme (28 %) ou le contrôle de la performance des chaînes logistiques (31 %), n’a pas diminué d’une année à l’autre.

De plus, parmi les entreprises ayant déjà établi des programmes de RSE, nous ne constatons aucun accroissement significatif de mesures plus approfondies ou innovantes pour optimiser leur impact. Par exemple, moins de la moitié des personnes interrogées a mené une étude d’impact sur les droits de l’Homme, ou ne prend en compte les risques de  développement durable existants au-delà du premier tiers de leur chaîne d’approvisionnement. Plus de la moitié des répondants s’appuie toujours sur des méthodes classiques d’engagement des parties prenantes, telles que les appels téléphoniques ou les réunions en présentiel. Seulement 3 % d’entre eux ont recours à des plateformes technologiques pour collaborer avec les parties prenantes. Nous avons besoin d’actions plus ambitieuses ; le développement durable en entreprise ne peut pas risquer de devenir routinier, ou nous n’aurons jamais le monde durable dont nous rêvons.

L’enquête reste tout de même encourageante en matière d’actions ambitieuses. Par exemple, 38 % des personnes interrogées déclarent établir des objectifs de réduction des émissions en se fondant sur les données scientifiques, ce qui garantit des actions plus ambitieuses. Plus de la moitié des entreprises prévoit d’utiliser, ou utilise déjà, les Objectifs de Développement Durable afin de fixer leurs propres objectifs, et pour 60 % d’entre elles, une économie inclusive constitue une priorité pour leur entreprise. De plus, l’ensemble des entreprises a mis en place des structures organisationnelles afin d’atteindre des objectifs ambitieux. Le développement durable serait plus ou moins intégré dans presque 70 % des entreprises, et 72 % des participants déclarent qu’il est aligné et intégré aux objectifs de l’entreprise.

Ces résultats constituent de bonnes  fondations pour davantage d’action. Dans seulement trois semaines, nombre d’entre nous se retrouveront à New York pour l’édition 2016 de la conférence BSR. Chez BSR, au cours de cet événement annuel phare, nous apprécions tout particulièrement les moments de collaboration et de créativité que nous partageons durant ces trois jours passés ensemble. Cette année, nous avons hâte d’explorer différentes manières d’encourager et de générer un leadership ambitieux autour du développement durable, aux côtés de notre partenaire pour cette enquête, GlobeScan, et de nos nombreux membres, partenaires et bien d’autres. Nous espérons que vous vous joindrez à notre quête de nouvelles ambitions pour le monde de l’entreprise responsable.