Fer de lance de la science du climat, le Cinquième Rapport d'Évaluation (AR5) du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publié l'année dernière brosse le portrait le plus complet de la situation et apporte des informations claires sur les impacts du réchauffement de la planète.

Mais comment appliquer les résultats d’un rapport scientifique à l’échelle d’une entreprise et de son secteur d’activité ? Comment les utiliser pour comprendre les impacts opérationnels et développer des solutions de manière pratique ?

C'est pour répondre à ce besoin de décryptage de la science que l'University of Cambridge Institute for Sustainability Leadership, la Cambridge Judge Business School et la European Climate Foundation avec les contributions d’experts tels que BSR ont publié 11 rapports sectoriels. Ces rapports et infographies traduisent les enseignements du GIEC en matière de répercussions du changement climatique pour des secteurs d'activités aussi variés que l'aquaculture, la défense, ou l'urbanisme et offrent des solutions pour faire face à cet enjeu majeur.
 
BSR a apporté son expertise pour les secteurs suivants : les transports, l’agriculture, et les industries extractives et le secteur primaire. On y apprend notamment que :

  • Pour le secteur des transports, qui constitue environ un quart des émissions globales de Co2, par exemple, l'innovation technologique et l'ingénierie des moteurs représentent l'un des leviers d'action les plus importants: des mesures telles que l’amélioration de l’aérodynamique et la réduction du poids des véhicules, ou encore la mise en conformité des moteurs avec des normes d’avant-garde pourraient faire diminuer la consommation d’énergie de 30 % à 50 % d’ici 2030.
  • Pour le secteur de l'agriculture, qui représente environ 10% des émissions globales de GES, c'est une meilleure gestion des sols et du bétail qui permettra une réduction importante des émissions.     
  • Pour les industries extractives et le secteur primaire, l’atténuation s’articule autour de deux stratégies : améliorer l’efficacité des procédés industriels et favoriser une transformation de la demande globale de matériaux.

Lancés à l’occasion de Climate Week Paris qui débute aujourd'hui, un cerain nombre de ces rapports sont désormais disponibles en français : un appel aux entreprises de l’Hexagone, mais aussi un soutien aux efforts de la Présidence française de COP21 pour promouvoir un Agenda des Solutions positif et pragmatique, appelant les entreprises à s’engager concrètement, avec ambition, et dans une vision à long terme.