Cette année, la Journée Internationale de la Femme met à l’honneur l’Engagement en faveur de la Parité. A travers ce thème, un message clair : le rôle des femmes dans la société ainsi que leur accès à la santé et à l’indépendance financière ont progressé, de même que la manière dont elles tirent bénéfices de la croissance économique et de leurs rôles dans tous les aspects économiques, sociaux, politiques et culturels de la vie. Malgré tout, ces progrès ont été jusqu’alors trop lents ; d’après le Forum Economique Mondial, dans l’absence d’interventions plus importantes, la parité ne pourra prendre effet avant 2133.

Les entreprises se doivent d’agir pour accélérer la cadence de ces avancées, et ce pour plusieurs raisons. La première est économique : les disparités entre les genres ont un impact significatif sur l’économie mondiale ainsi que sur la croissance et la résilience des entreprises, tous secteurs confondus. Les bénéfices potentiels sont en effet importants : McKinsey estime que les progrès en matière d’égalité hommes-femmes pourraient générer jusqu’à 12 mille milliards de dollars additionnels à l’économie mondiale d’ici à 2025.

Pour la plupart des entreprises, la première des interventions passe évidemment par les pratiques de recrutement, gestion et rétention des talents. Peu d’entreprises (visionnaires) ont besoin qu’on leur rappelle que la diversité de leur effectif est un aspect critique de leur performance. Or pour beaucoup d’entreprises, les opportunités les plus intéressantes en matière d’autonomisation des femmes ne résideraient pas au sein même de leurs organisations mais plutôt dans leurs chaînes d’approvisionnement.

Sur ce sujet, BSR organise au mois de mai, en partenariat avec Women Deliver, une pré-conférence qui se consacrera à comment les entreprises peuvent œuvrer en faveur de l’autonomisation des femmes à travers leurs chaînes de valeur. L’événement est développé avec le soutien du Ministère des Affaires Étrangères des Pays-Bas et l’entreprise Novo Nordisk, et précédera la Conférence Women Deliver 2016. Cette pré-conférence permettra de présenter une proposition de cadre d’action, simple et pratique, pour faire progresser le statut des femmes dans les chaînes de valeur à l’échelle mondiale. Ce cadre s’appuiera à la fois sur les enseignements de notre récent rapport « Building Effective Women’s Economic Empowerment Strategies », réalisé conjointement avec le Centre International de Recherche sur les Femmes ; et sur notre retour d’expérience de plus de dix ans à piloter l’initiative « HERProject » de BSR dont les programmes, délivrés sur les lieux de travail, sont centrés sur la santé, l’indépendance financière et le droits des femmes.

Notre approche se fonde sur l’idée que les chaînes mondiales d’approvisionnement représentent de formidables vecteurs de changement pour les entreprises et la société, et que le succès d’une stratégie d’autonomisation des femmes dépend de son caractère holistique et intégré. Nous nous basons également sur l’hypothèse que l’autonomisation permet d’accroître le chiffre d’affaires, la productivité et la capacité d’innovation qui, en retour, améliore la performance financière de l’entreprise sur le court et le long-terme. 

D’autres entreprises s’intéressent quant à elles à l’aval de leurs chaînes de valeurs, leurs consommateurs, pour renforcer l’autonomisation des femmes. Par exemple, Novo Nordisk a développé un programme de prévention dédié aux diabètes gestationnels, un cas particulier de diabète qui se manifeste typiquement lors de la grossesse et affecte près de 18 millions de femmes chaque année, soit 14% des grossesses à travers le monde. L’entreprise travaille avec des partenaires locaux pour informer et renforcer les capacités de traitement de cette maladie, et vise également à influencer les principaux décideurs pour faire du dépistage une priorité. En Turquie, Vodafone a développé le programme « Women First » qui vise à augmenter l’autonomisation des femmes à travers des opportunités de salaires plus attractives, un développement personnel facilité et un meilleur accès à l’information et la technologie.

La demande pour le développement de stratégies holistiques et intégrées doit trouver écho chez les entreprises leaders qui, depuis ces vingt dernières années, travaillent sur l’amélioration des normes de travail dans leurs chaînes de valeur. Ces leaders sont en train de réaliser que le vrai progrès passe par des efforts holistiques à plus grande ampleur, allant au-delà du périmètre de l’usine, afin d’influencer les parties prenantes et les décideurs et faire émerger des partenariats inter-secteurs, vecteurs de changements systémiques. Les entreprises qui œuvrent pour la parité dans leurs activités et leurs chaînes de valeur seront les premières à récolter les fruits du développement économique, de la diversité et de la résilience de l’entreprise. Nous espérons donc que vous contribuerez vous aussi à cet Engagement en faveur la Parité pour combler les disparités entre les genres, et ce bien avant 2133.